Le littoral : entre dune, plage et côtes rocheuses

Trente-deux kilomètres de côtes, le format est panoramique !

Le caractère du littoral du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie est pluriel. Sable fin, baignade surveillée, les grandes plages font la joie des familles. Mais quelques criques de l’estran rocheux valent également le détour. L’ambiance y est plus intimiste… quand les vagues ne viennent pas à grand fracas se briser contre les rochers.

LES DUNES

Derrière la Grande Plage de Saint-Gilles, le cordon dunaire s’étend jusqu’à la Sauzaie à Brétignolles-sur-Mer. En constante mutation, les dunes du Jaunay sont relativement stables et peu élevées. Très fréquentées, elles subissent toutefois la forte pression touristique et l’urbanisation, déclencheurs d’une érosion dont l’impact visuel n’est pas à négliger. Les tempêtes et les vents violents sont aussi à l’origine de la modification de la forme des dunes. Au Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, la préservation de la biodiversité dunaire est au cœur des préoccupations environnementales.

La promulgation de la Loi littorale en 1986 a été un point de départ crucial dans la mise en œuvre d’actions de préservation de la dune, à commencer par la coupure d’urbanisation et la création du Conservatoire du Littoral. Les aménagements ont pour objectif de canaliser les flux de cheminement grâce à l’installation de platelages en bois et de clôtures basses. Aussi, des ganivelles ont été posées afin de fixer le sable et d’encourager sa végétalisation. Le site a été désigné en 2004 « zone spéciale de conservation » à Natura 2000. Aujourd’hui, un garde littoral veille à ce que les usagers respectent le site et leur explique quelles sont les précautions à prendre pour que la nature reprenne ses droits.

Sur la dune embryonnaire, proche de la mer, de rares plantes résistantes au sel sont présentes (cakilier maritime, pourpier, mousses…). Sur la dune mobile, jamais immergée mais soumise aux embruns, s’installent des plantes devant résister à l'ensablement (chiendent, oyat, chardon bleu, liseron, oeillets, giroflées…). Enfin, la dune fixée, à la flore plus diversifiée, porte de nombreuses plantes qui retiennent le sable (gaillet, luzerne, ephedra ou raisin de mer, immortelle, rose primprenelle…).

Le cordon dunaire de Saint Gilles Croix de Vie compte 150 espèces de plantes, dont 10 espèces d’orchidées sauvages et notamment une très petite plante aux fleurs blanches légèrement bleutées : le Cynoglosse des Dunes ou bien Omphalodes littoralis pour sa version scientifique. Son intérêt reconnu comme prioritaire vaut à Saint Gilles Croix de Vie d’être cité dans tous les ouvrages de botanique !

LES PLAGES

Courez-y : les plages d'étendent à perte de vue sur le littoral du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie !

LES CÔTES ROCHEUSES

A Saint-Hilaire-de-Riez, la côte rocheuse granitique, appelée Corniche Vendéenne, s'étend sur 3 km, du nord de Saint-Gilles-Croix-de-Vie à Sion-sur-l'Océan. Depuis 1926, elle est classée site naturel remarquable. Vous pourrez y admirer des roches remarquables telles que le rocher Pil'Ours, le Trou du Diable et les Cinq Pineaux.

A Brétignolles-sur-mer, la corniche s'étend de la Sauzaie à la Normandelière. Dans la crique du Corque, vous pourrez admirer le rocher Sainte Véronique.

La forêt

La forêt domaniale des Pays-de-Monts s’étire sur le littoral vendéen entre La-Barre-de- Monts et Saint-Hilaire-de-Riez. Les 600 hectares qui couvrent Saint-Hilaire-de-Riez sont principalement constitués de pins maritimes, de chênes verts et de feuillus. On les arpente à pied, à vélo, à cheval… sur les sentiers balisés ou le parcours santé, entre deux haltes sur l’une des nombreuses aires de pique-nique !

Les marais

LES MARAIS DOUX

Les marais doux abritent un écosystème qui y trouve une réserve alimentaire de premier choix ! Les prairies pâturées du marais doux sont peuplées de grenouilles vertes, d’anguilles et de campagnols amphibies.

Une faune riche et particulière singularise ce milieu de marais où hérons, aigrettes blanches, busards des roseaux et canards colonisent l’espace. L’aigrette, une espèce d’oiseaux entièrement blanche de taille moyenne, est parfois appelée héron blanc. Son bec noir légèrement gris bleuté à la base et ses pattes noires aux doigts jaunes la rendent facilement identifiable.

A l’instar du marais salé, le marais doux est également constitué d’un réseau complexe d’étiers et d’ouvrages hydrauliques. Territoire gagné sur la mer, il résulte de l’action de la nature associée à celle de l’homme cherchant sans cesse à gagner des terres pour multiplier ses zones cultivables. Et qui dit culture dit halte aux assauts de l’océan (on ne cultive rien sur une terre salée) ! Au fil des siècles, des canaux sont donc creusés, des digues érigées, des barrages construits pour gagner et protéger toujours davantage les terres. Ces polders ont longtemps imposé leur rythme à la vie des habitants. Si certains maraîchins utilisaient la yole pour se déplacer à travers le marais, d’autres privilégiaient la ningle, une grande perche en châtaigner permettant de sauter par-dessus les canaux.

 

LES MARAIS SALANTS

Autrefois véritable usine à sel, cette zone, située en dessous du niveau de la mer, permettait de stocker l’eau de mer pour en extraire le sel grâce à un circuit hydraulique somme toute assez simple. Aujourd’hui encore, un labyrinthe d’étiers et de canaux conduit aux marais salants de la Vie. Un saunier fait revivre l’activité salicole de Saint-Hilaire-de-Riez et explique comment il organise ses œillets pour porter l’eau à une température et une salinité parfaite ! Une fine pellicule glace la surface de ses bassins : c’est la fleur de sel, la crème de la crème des marais, celle qui agrémente délicatement les salades estivales des fins gourmets !

Dans ce paysage salé, on a donc les marais salants, géométriquement parfaits, mais aussi d’autres zones de bassins, plus sauvages, plus imparfaits : « ce sont des marais d’élevage de poissons ou d’huîtres, des propriétés souvent privées qui nécessitent beaucoup d’entretien pour ne pas s’enliser »,

Ici la faune a l’élégance naturelle de l’avocette, de l’échasse blanche et du héron cendré. La flore à la délicatesse croquante et salée de la salicorne, un condiment consommé cru, surnommé la « corne de sel ». Les gens du pays utilisent aussi la chardonnette, une espèce d’artichaut sauvage à fleurs violettes, récoltée pour cailler le lait !

Les vignes

Les vignobles des Fiefs Vendéens font partie du patrimoine culturel de Brem-sur- Mer. Ici le vin est une tradition qui se transmet de père en fils. Issus de vignes basses balayées par les embruns vivifiants de l’Atlantique, les vins s’habillent d’une robe fraîche et légère. Leur label Appellation d’Origine Contrôlée consacre les efforts entrepris par les viticulteurs pour sans cesse améliorer la qualité de leurs cépages.

Brem-sur-Mer est une terre de blancs secs et fruités, de rosés et de rouges charmeurs où l’air marin a une influence particulière sur les fruits de la vigne. Les vins sont fins, délicats et authentiques. Ils présentent un bel équilibre et une discrète touche saline.

Lacs et rivières

Rivière de la Vie : La Vie c’est un peu la Seine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Il y a rive droite et rive gauche. Ce fleuve côtier sépare la ville en deux parties : Saint-Gilles et Croix-de-Vie. Il permet l’alimentation en eau salée des marais salants de Saint-Hilaire-de-Riez et est un véritable garde-manger pour ses habitants à bec. L’affluent de la Vie, le Jaunay se prête à de belles balades en canoë-kayak.

Le lac du Jaunay : Ses trois millions de mètres cubes d’eau s’étendent sur 114 hectares et s’étirent sur 8 kilomètres. Le lac du Jaunay est le paradis des pêcheurs, des randonneurs et des joggeurs. A un quart d’heure des côtes, le site du Jaunay est un des principaux pôles d’attraction du rétro-littoral du Pays de Saint-Gilles-Croixde-Vie. Les grandes pelouses tapissent la rive principale du plan d’eau, idéale pour les pique-niques en famille. Des sentiers pédestres serpentent le long des bordures plus escarpées. Il y a toujours une bonne raison de s’échapper de la côte pour venir humer l’air champêtre du lac du Jaunay.

Pour découvrir la nature du Pays de Saint Gilles accompagné d’un connaisseur, laissez-vous tenter par nos visites guidées thématiques, entre avril et octobre, en cliquant ici