Au rythme des grandes marées dont les coefficients prometteurs avoisinent le 100, les familles sont de plus en plus nombreuses à envahir l’estran, la partie du littoral où se pratique la pêche à pied. L’année 2016 offre encore de grandes amplitudes de marée, qui permettront de belles récoltes et des plaisirs inégalés.

Depuis longtemps, Tom et Léa ont repéré sur l’almanach les horaires de marées. Mercredi sera le jour J : la lune sera pleine, la mer va se retirer loin, très loin, et découvrira des terres jusqu’ici inabordables à pied.

Ils étaient déjà hier en repérage sur la plage de la Sauzaie, bien connue pour avoir été un village de pêcheurs de crevettes. Quand la mer se retire, elle dégage un vaste estran (étendue de terrain qui est couverte à marée haute et découverte à marée basse).

Sur l’estran sableux, les coquillages fouisseurs sont légions. On débusque palourdes, coques ou encore couteaux en repérant les deux petits trous d’air à la surface du sol. Sur l’estran rocheux, la récolte sera surtout faite de moules, de bigorneaux ou encore de crabes.

Les conseils de Jean

Si la pêche à pied est un moment de détente et de loisir, il ne faut pas pour autant en négliger les règles et être un minimum bien équipé. L’amateur partira avec un petit seau et une épuisette (attention à ne pas mettre ensemble les petits poissons, crevettes et bouquets avec des crabes !).

L’habile pêcheur pensera aussi à s’équiper des bons outils (couteau à palourdes, détroquoire à huîtres et gratte-gratte) pour faire sauter les bivalves des rochers. La pêche dite récréative est une activité ludique, elle demande aussi un peu de bon sens. Quelques règles simples permettent de respecter la ressource et de contribuer à ce que le plaisir de la pêche reste accessible à tous et pour longtemps !

Pêchez donc intelligent : remettez en place les cailloux que vous retournez pour y débusquer crabes et crevettes.

Les traces blanches sont des marques laissées sur les cailloux qui n’ont pas été retournés dans leur position initiale. Il importe de ne pas perturber les milieux : une pierre non remise met quatre ans à se repeupler !

Essayez aussi d’être raisonnable dans votre récolte. Le souci de  l’environnement doit dicter la conduite d’un bon pêcheur à pied. Ainsi, ne gaspillez pas la ressource, ne rapportez à la maison que la quantité que vous pourrez manger dans un délai court.

Les produits de la mer se conservent mal, surtout en cas de fortes chaleurs. Rappelez-vous aussi que le produit de votre pêche est formellement interdit à la vente. La pêche à pied doit rester un loisir, gage de souvenirs mémorables pour les « bassiers » (nom donné aux amateurs de pêche à pied !) en culottes courtes.