Haut-lieu du poisson bleu, le port de pêche de Saint Gilles Croix de Vie est également une escale de premier choix pour les petits crustacés roses. Moins populaire que la sardine, la Rose de Saint Gilles est aussi une figure importante de la gastronomie locale.

Mathieu Barreau, « Le Gars D’Sion »

uNE RENCONTRE AU FIL DE L’EAU

À quelques jours des fêtes de fin d’année, nous sommes partis à la rencontre d’un marin-pêcheur du coin, un fin connaisseur de la crevette gillocrucienne, Mathieu Barreau. C’est par une journée ensoleillée et légèrement venteuse que nous avons eu le plaisir d’échanger avec ce passionné de la mer. Le sourire jusqu’aux oreilles, Matthieu Barreau revient tout juste des casiers. Après avoir trié sa prise qui a pris rapidement le chemin de la criée, l’enfant de Sion, nous a rejoint sur le quai pour évoquer son parcours.

lA PÊCHE COMME VOCATION

“Le gars d’Sion”, pour reprendre le nom de son flambant navire, peint de jaune et bleu vif, est marin-pêcheur depuis près de 20 ans ! Il a commencé à naviguer à 16 ans, après avoir réalisé deux ans de formation à l’école de pêche. Nul besoin d’aller bien loin pour trouver le point d’origine de sa vocation, avec un père et deux grands-pères marins-pêcheurs, Mathieu a grandit dans le milieu. Chez les Barreau, c’est une passion, qui se transmet fièrement depuis de nombreuses décennies ! Du côté paternel, Mathieu représente aujourd’hui la 7ème génération de marins-pêcheurs. Ses proches n’ont pas eu besoin de beaucoup pour l’enrôler, puisque tout jeune déjà, à l’âge de 3 ans, accompagné de son fidèle doudou, il partait à l’aventure avec son père. En grandissant, cette passion pour la mer a rapidement gagné en ampleur. Profitant des mercredis, week-ends et vacances pour partir au large en famille. Avant d’acquérir son propre bateau, il a travaillé avec son père de 2002 jusqu’à 2010.

Outre le sentiment de liberté qui accompagne chaque sortie, ce qu’apprécie particulièrement Matthieu, dans le fait d’exercer le métier de marin pêcheur, ce sont les surprises, que lui réservent ses journées. Difficile de prédire en effet la quantité de poissons et crustacés qui sera péchée, ni à combien la pêche du jour sera ensuite vendue en criée. Cette inconnue est pour lui très stimulante, aucune journée ne se ressemble.

En mer, la routine ça n’existe pas.

Aussi loin qu’il s’en souvienne, sa famille a toujours été spécialisée dans la crevette rose. En plus du petit crustacé (péchée de septembre à fin février), Mathieu alterne avec la pêche aux bars (de juillet à août) ainsi que la civelle (de décembre à février). Comme beaucoup de marins pêcheurs locaux, il pratique une activité polyvalente en fonction des saisons.

La pêche à la crevette – mode d’emploi

La pêche à la crevette, qui se pratique au casier, demande une bonne connaissance du terrain. Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte, comme les courants, les coefficients de marée ainsi que les fonds marins, sans oublier la température de l’eau. Si aujourd’hui, son bateau est équipé de la technologie moderne, Matthieu avoue préférer se fier à ses connaissances et à son expérience.

Les roses de St Gilles se cueillent plus facilement par mauvais temps, plus ça brasse mieux c’est !

En début de saison, la crevette se pêche le long des côtes, puis plus l’eau se refroidit plus la crevette nécessite d’élargir les zones de pêche. En fonction des conditions, il peut être amené à chercher la crevette au large des Sables d’Olonne comme à celui de Saint Jean de Monts.

Une relève déjà assurée

Une 8ème génération se prépare à reprendre le flambeau, puisque son fils a lui aussi hérité de cette passion pour la pêche en mer. À sa propre initiative, le jeune mousse consacre la plus grande partie de son temps-libre à voguer sur l’océan. Nul doute, que la pêche gillocrucienne a encore de beaux jours devant-elle.

POUR CÉLÉBRER LA SAISON DE LA ROSE DE ST GILLES

Participez à notre grand jeu concours, du 9 au 30 janvier 2023 !