Ajouter aux favoris

Plages, dunes, forêt domaniale, marais doux, salés ou breton : Saint Hilaire de Riez est une station où la nature se conjugue au pluriel !

Promenades familiales, balades au cœur de la forêt, plongeons revigorants dans l’océan, Saint Hilaire de Riez se découvre en pleine nature. Le long de la Corniche Vendéenne, à pied ou à vélo, une cohorte de criques, de grottes et de rochers aux noms mystérieux vous accompagnent. Au rythme des saisons, les couleurs oscillent sur les marais salants en activité et sur la Bourrine du Bois Juquaud. N’attendez plus et partez à la découverte de cette station nature au patrimoine authentique !

Le littoral

1 – L’OFFICE DE TOURISME

Vers 1900, une chapelle fut construite à Sion par la Famille Renaud, après la première guerre mondiale. La chapelle servit de logement à la famille. Acquise par la ville en 1980, la chapelle de Sion devient l’Office de Tourisme que vous connaissez aujourd’hui.

2 – La livarde

Association qui conserve et valorise le patrimoine maritime local. Restauration de bateaux et moteurs, exposition de photos anciennes, collecte de matériel maritime et de témoignages.

Toute l’année, visites gratuites le samedi de 14h à 18h.

3 rue de l’Océan – Tél : 02 28 10 87 30.

(Temps estimé : 1h)

3 – LA CORNICHE VENDéenne

La Corniche Vendéenne, site classé (de l’anse de la Goutaille à la Pelle à Porteau) depuis 1926, est la seule partie restante de l’ancienne Ile de Rié. Elle s’étend sur 3 km de Sion à Saint Gilles Croix de Vie et offre une agréable balade à pied ou à vélo grâce à l’aménagement réalisé visant à protéger ce site qui a reculé de 10 mètres en 70 ans. Les falaises peuvent atteindre 7 à 8 mètres de hauteur.

(Temps estimé : 2 à 3h)

4 – Les cinq pineaux

Au départ de Sion, partez vers le sud-ouest à la découverte des « 5 Pineaux » (du celte signifiant tête), ces 5 rochers en pleine mer vous surprendront.

(Temps : 5 min)

5 – le trou du diable

Admirez le « Trou du diable », également appelé Marmite du diable, qui, les jours de forte houle, sous son anse de schiste, lance des geysers d’écume blanche. Plusieurs légendes existent d’ailleurs à son sujet…

(Temps estimé : 10 min)

6 – LE FEU DE GROSSE TERRE

Continuez ensuite votre balade jusqu’au Feu de Grosse Terre. D’une hauteur de 17m et érigé en 1972, il fait partie des derniers grands feux construits. Le navigateur Garcie Ferrande appelait la pointe de ce phare « Pointe de Ryé » en la donnant comme repère aux navigateurs. Juste en face, vous pourrez apercevoir les écueils de Pil’ours.

7- LA Villa Grosse Terre


À la limite de Croix de Vie et de Saint Hilaire de Riez, la Villa Grosse Terre ouvre son jardin au public. Cette construction, achevée en 1928, présente un intérêt architectural particulier. Les spécialistes de l’histoire balnéaire peuvent lui attribuer une inspiration italianisante avec sa haute tour carrée, sa galerie, la loggia et le portique.

Flânez dans son agréable parc et profitez de la jolie vue sur mer.

8 – Les Plages


Saint Hilaire de Riez a l’un des plus longs rivages de la façade atlantique… Profitez de ses 12 km de sable fin et de ses 3 km de côte rocheuse. Du nord au sud découvrez : les plages des Demoiselles I et II, des 60 Bornes, des Salins (plage naturiste), des Becs, celle des Mouettes, de la Pège, de la Parée Préneau, de Riez et de Sion.

Sur la Corniche : la plage des 5 Pineaux et enfin celles des Bussoleries et de la Pelle à Porteau.

La forêt

La forêt des Pays de Monts s’étend sur 2280 hectares de Fromentine à Saint Hilaire de Riez, s’étirant sur 25 kilomètres. La plantation, essentiellement artificielle, a permis de fixer les dunes. Les 600 hectares qui couvrent la commune de Saint Hilaire de Riez sont principalement des pins maritimes, des chênes verts et des feuillus, seules espèces capables de coloniser des sols pauvres comme ceux des dunes.

A voir, à faire

Quatre sentiers pédestres et un parcours sportif sont balisés. Sur le sentier de petite randonnée du haut Peys, la table d’orientation vous offre une très belle vue.

Le marais

10 – Les marais doux


Les marais doux s’étendent sur 2500 hectares. Ils se formèrent par le dépôt d’alluvions (débris de sable, vase, argile transportés par les cours d’eau), qui, fixés dans les parties basses ont comblé ainsi les vallées, créant des bancs et des vasières de part et d’autre du plateau de Sion. Ces derniers servent d’ancrage au cordon dunaire qui, poussé par le vent et les courants s’accumule devant le rivage, isolant ainsi les zones basses marécageuses. Les terres ainsi isolées de la mer, les marais se sont peu à peu dessalés créant les marais doux. Cet espace présente un intérêt considérable pour tous, régulant les cours d’eau et évitant l’écoulement trop rapide et ainsi les inondations en aval. Véritables épurateurs écologiques, ils facilitent la décantation et la filtration des nitrates et pesticides. La faune et la flore y sont riches et particulières avec des canards coulissants, oies, vanneaux, hérons, aigrettes blanches, busards des roseaux et anguilles. On y trouve également des peupliers, des aulnes et des saules.

11- La Bourrine du Bois Juquaud

Située en bordure de marais, la Bourrine du Bois Juquaud construite en 1818 est l’habitation traditionnelle des maraîchins au début du XXème siècle. Composée au départ d’une seule pièce, la Bourrine fut agrandie plus tard et elle a aujourd’hui sensiblement le même aspect qu’en 1914. La dernière occupante Armandine Gandemer quitta son habitation en 1967. A sa mort en 1970, la ville de Saint Hilaire de Riez en devient propriétaire et commença sa restauration en 1985. Le site actuel (labellisé Musée de France depuis 2004) se compose de la Bourrine (l’un des derniers exemples de construction on de ce type), habitation authentique faite de terre couverte de roseaux et d’un ensemble d’annexes qui grâce aux témoignages ont pu être reconstruites comme autrefois. (Temps estimé en visite libre ou guidée: 1h)

12 – Les marais salants de la Vie


Les marais salés s’étendent aujourd’hui sur 4500 hectares de Croix de Vie au Barrage des Vallées et de Saint Hilaire de Riez au Fenouiller.

Façonnés par l’homme dès le VIIème siècle, ils témoignent de l’intense activité qui régnait il y a peu encore autour de la récolte de «l’or blanc». La réhabilitation d’anciens marais salants dans la basse vallée de la Vie fait revivre l’exploitation du sel depuis les années 1990.

(Temps estimé en visite libre ou guidée : 1h)

En savoir plus

MARAIS SALANTS DE LA VIE

Patrimoine culturel

MARAIS SALANTS DE LA VIE

SAINT-HILAIRE-DE-RIEZ

MARAIS SALANT PREDEVIE

Patrimoine culturel

MARAIS SALANT PREDEVIE

SAINT-HILAIRE-DE-RIEZ

MARAIS SALANT DE L’ÉTOILE – SEL DE VIE

Patrimoine culturel

MARAIS SALANT DE L’ÉTOILE – SEL DE VIE

SAINT-HILAIRE-DE-RIEZ

Les monuments

13 – La Chapelle de Sion


En 1929, une seconde chapelle est édifiée à Sion afin de répondre à l’attente des paroissiens toujours plus nombreux avec l’afflux des touristes, aujourd’hui encore des messes y sont célébrées.

(Temps estimé : 15 min)

14 – Le Monument des Mattes


Cette stèle commémore la chute du Marquis de la Rochejaquelein, chef du soulèvement royaliste vendéen. Un sentier découverte y a été aménagé, invitant à la mémoire des guerres de religion et des guerres de Vendée. Accès depuis Le Pissot (quartier de Saint Hilaire de Riez), direction Le Perrier (D59), chemin de la Grenouillère.

(Temps estimé : 30 min)

15 – L’Eglise


Dédiée à St Hilaire, évêque de Poitiers ayant évangélisé la région au IVème siècle, l’église primitive a été édifiée en 1025. Malmenée durant les guerres de religion, on décide, en 1609, de construire un clocher, encore visible aujourd’hui et quelques années plus tard une première restauration est entreprise. Entre 1650 et 1676, trois retables de style baroque sont placés dans le chœur et les bras du transept. Au XIXème siècle, une 2ème campagne de restauration est engagée, seuls le clocher et les retables antérieurs perdureront. L’église St Hilaire est un bel exemple du néo-gothique avec ses arcs brisés, ses voûtes à croisées d’ogives, la symétrie et la régularité de son appareil. Dans les années 1980, une commande de six toiles est passée au peintre natif de la ville, Henry Simon, qui réalisa six scènes bibliques.

(Temps estimé : 15 min)

16 – La Chapelle Notre Dame de la Pitié


Les historiens locaux ont longtemps pensé que cette chapelle avait été édifiée en 1610 par Marie de Beaucaire, baronne de Rié, pour le repos de l’âme de son époux, Sébastien de Luxembourg, mort en 1569. Mais la dernière campagne de restauration commencée fin 2007 a permis de découvrir d’anciens vestiges : fenêtres trilobées, contreforts d’angles… qui indiquent que l’édifice daterait du XIVème ou du XVème siècle.

(Temps estimé : 5 min )